Agrégateur de contenus

Un automne marqué par un vent de changement

Dre Christine Grou, psychologue | Présidente de l’Ordre des psychologues du Québec


Au moment d’écrire ces lignes, les psychologues des réseaux publics de la santé et de l’éducation vivent un contexte de négociation difficile. Chaque année, le nombre de psychologues qui exercent dans ces milieux décroit de manière constante, alors que la population, elle, est en augmentation. L’accessibilité aux services psychologiques est mise à mal, je le sais et cela m’inquiète au plus haut point. Je dénonce cette situation dans toutes mes représentations politiques et médiatiques. Je reçois régulièrement des appels à l’aide de citoyens à bout de souffle qui ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver un psychologue dans le réseau public.  

Je publie rarement des graphiques dans le Mot de la présidente, mais je crois qu’il est d’intérêt général pour tous les membres de l’Ordre de prendre connaissance de la situation, tant elle est critique. Ces graphiques qui ont été produits par l’Ordre ont d’ailleurs été remis à certains médias : 

Évolution du nombre d'élèves dans les écoles publiques du Québec et du nombre de psychologues en milieu scolaire – milieu de pratique principal (2011-2023)

Évolution de la population du Québec et du nombre de psychologues qui pratiquent dans le RSSS – milieu de pratique principal (2011-2023)

Évolution du nombre de psychologues qui pratiquent dans le RSSS – milieu de pratique principal – et du nombre en pratique privée exclusive (2011-2023)

Comme je l’ai martelé à de nombreuses reprises dans la sphère médiatique et auprès de différentes instances, tant que les problèmes d’attraction et de rétention des psychologues dans le secteur public ne seront pas corrigés, le problème d’accessibilité aux services psychologiques demeurera entier. J’espère très prochainement des solutions efficaces et pérennes afin que les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou les élèves en difficulté d’adaptation et d’apprentissage puissent compter sur des psychologues accessibles.

L’automne tire à sa fin, et l’Ordre a été grandement sollicité par plusieurs autres dossiers. En voici quelques-uns.

Modernisation du système professionnel

Me Sonia LeBel, présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'application des lois professionnelles, a annoncé une réforme du système professionnel il y a quelques mois. Parmi les objectifs principaux énoncés par la ministre, notons :

1) l’allègement règlementaire afin de permettre aux ordres d’adopter certains règlements plus rapidement, sans l’approbation de l’Office des professions;

2) la modernisation du Code des professions afin de réviser plusieurs paramètres d’encadrement des ordres, tels la gouvernance, l’admission et le système disciplinaire (dont l’encadrement des syndics);

3) l’élargissement des professions afin de réussir à déployer le Plan santé du ministre Dubé. Ce Plan vise à permettre à certains professionnels par exemple d’offrir davantage de services à la population.

En vue de cette réforme, tous les ordres ont été consultés et nous anticipons un travail considérable à effectuer dans ce dossier au cours de la prochaine année.

AGA 2023

Le 19 octobre dernier se tenait l’AGA, où j’ai pu dresser un bilan complet des activités de l’Ordre, un exercice qui vous permet de comprendre les différentes actions et réalisations de l’Ordre, conformément à sa mission. Je suis fière de ce bilan qui, comme les années précédentes, fait état d’un travail colossal dont les retombées ont un impact direct sur vos pratiques. Je profite également de l’occasion pour remercier tous ceux et celles qui ont pris part à cette assemblée. Le rapport annuel est d’ailleurs disponible sur le site web de l’Ordre.

Congrès de regroupements

Les congrès sont des moments effervescents et stimulants puisqu’ils permettent d’une part d’assouvir notre soif d’apprendre mais aussi, d’autre part, de tisser des liens entre collègues et favoriser notre sentiment d’appartenance à une communauté de pairs. J’ai eu le grand plaisir de participer cet automne aux congrès de l’Association québécoise des psychologues scolaires (AQPS) et de l’Association des neuropsychologues du Québec (AQNP), où j’ai pu constater le bonheur des psychologues de se retrouver et d’échanger. Étant invitée à m’adresser aux congressistes lors d’une allocution – merci, une fois de plus pour les invitations –  j’ai pu partager diverses informations ainsi que mes inquiétudes à l’égard de la diminution du nombre de psychologues dans le réseau public de l’éducation et de la santé.

Intelligence artificielle

L’AQNP organisait en novembre dernier une table ronde portant sur l’intelligence artificielle, un sujet on ne peut plus d’actualité et qui n’épargne pas l’univers de la psychologie et de la profession, notamment avec le déploiement rapide des grands modèles de langage comme ChatGPT. J’ai eu l’honneur de m’adresser aux participants en présentation d’ouverture, où j’ai proposé les principales pistes de réflexion à soutenir quant à l’usage et au recours aux systèmes d’intelligence artificielle dans nos pratiques. Bien qu’il y ait beaucoup d’adaptation, d’incertitude et de questionnements à ce sujet, l’Ordre promeut une posture réflexive et surtout non prescriptive. En ce sens, je vais toujours préconiser le recours au jugement clinique et le respect de l’autonomie professionnelle de chacun. Cette prémisse s’applique tout autant pour les enjeux liés à l’usage de l’intelligence artificielle.

Retour sur les consultations estivales et tarifs à la SAAQ

Vous lirez dans ce numéro une chronique – signée par le Dr William Aubé, psychologue et conseiller à la recherche – dédiée aux résultats des trois consultations estivales auxquelles vous avez participé en grand nombre. Je vous remercie pour cet apport. Ces informations sont des plus précieuses, puisqu’elles m’aiguillent jour après jour dans mes représentations médiatiques et politiques. L’Ordre est heureux de vous partager ces données, car elles susciteront des réflexions et vous permettront de jeter un regard éclairé sur la situation et les pratiques actuelles des psychologues québécois.

Sachez également que la portée de nos consultations désormais centralisées sur la plateforme Léxi est non négligeable. J’attire votre attention sur l’augmentation des tarifs remboursés par la SAAQ pour les expertises psychologiques et neuropsychologiques, que nous avons annoncée dans l’infolettre de novembre, et qui fait suite à un sondage que nous avons réalisé pour le compte de la SAAQ. Votre contribution aux consultations peut donc avoir un effet direct sur la pratique.

En terminant, je suis très emballée par le présent dossier qui aborde un thème omniprésent dans nos vies : les médias sociaux. Les liens sont évidemment nombreux et complexes entre la santé mentale et l’usage des médias sociaux. Il ne fait nul doute que les articles présentés dans ce numéro pourront contribuer à votre travail auprès de vos clientèles. Dans le cadre de ce dossier thématique, nous sommes d’ailleurs bien heureux de pouvoir compter sur la Dre Patricia Conrod, psychologue, à titre d’experte invitée.

Bonne lecture!