Saut au contenu
  MENU
Retour

Introduction au dossier - Vieillissement et santé psychologique

Introduction au dossier - Vieillissement et santé psychologique

Catherine P. Mulcair | Experte invitée

Depuis une trentaine d’années, Mme P. Mulcair travaille auprès des personnes en CHSLD et en soins palliatifs du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. En plus de sa pratique privée, elle est aussi membre du Groupe Interdisciplinaire de Soutien (GIS) pour l’aide médicale à mourir de ce même CIUSSS. Elle est aussi membre du conseil d’administration de l’Ordre des psychologues du Québec.

Imprimer Partager par courriel
déc. 2018

Les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses grâce aux progrès de la science et représenteront bientôt plus d’un quart de la population. Or, si l’espérance de vie augmente, qu’en est-il du bien-être psychologique et de la qualité de vie des personnes âgées? Comment le psychologue peut-il agir en amont et mieux intervenir auprès de cette clientèle? Voilà quelques-unes des questions de première importance qu’abordera ce numéro du magazine Psychologie Québec sur le vieillissement et la santé psychologique. Œuvrant depuis plus de 30 ans auprès des aînés, je me sens privilégiée de travailler auprès de ces personnes et touchée d’avoir été choisie comme experte dans cet important dossier.

Pleines de ressources et de sagesse, les personnes âgées ont bâti la société d’aujourd’hui. Et comme pour tous les êtres humains, elles vivent aussi des moments difficiles. Rappelons que les personnes âgées sont en outre celles qui vivent le plus de deuils par rapport à tout autre groupe de la société. Que ce soit relativement au décès fréquent de proches ou à la perte de leurs capacités physiques, de leur domicile ou même de leur permis de conduire, trop souvent, ces personnes restent silencieuses, soumises, retirées. De plus, l’isolement est un fléau pour les aînés, une problématique qui, de par sa nature, est invisible et silencieuse. De ce fait, les aînés passent souvent inaperçus et, par conséquent, ils ne reçoivent pas toute l’aide dont ils ont besoin.

Dans les textes de ce dossier, vous découvrirez la face cachée d’humains qui souffrent, les difficultés auxquelles ils peuvent faire face, mais aussi différentes avenues favorisant la prévention et l’amélioration de leur bien-être et de leur qualité de vie. Des approches variées seront également abordées sous la plume autant d’experts praticiens que de chercheurs chevronnés.

Ce dossier présentera en outre un nouvel éclairage sur des outils d’évaluation auprès de cette clientèle, mais aussi sur leurs limites. Car, encore trop souvent, des symptômes dépressifs sont interprétés comme des signes de vieillissement. Pourtant, alors qu’elle peut être traitée comme pour tout le monde, la dépression chez les aînés est souvent sous-diagnostiquée ou non diagnostiquée, ce qui peut engendrer de graves conséquences. En effet, cela peut malheureusement mener à des idées suicidaires et même au suicide complété, car le moyen choisi par la personne âgée est plus souvent létal.

L’anxiété vécue par les aînés augmente significativement dans notre société à l’heure de grands changements, notamment technologiques, pour ne nommer que ceux-là. Cette anxiété peut prendre des proportions qui provoquent des troubles de comportement menant parfois à des conséquences néfastes et même dramatiques dans certains cas, comme un diagnostic erroné ou un placement non requis en centre d’hébergement.

Une bonne évaluation psychologique et neuropsychologique tient compte de facteurs personnels particuliers. Elle doit être faite par des professionnels qualifiés et est indispensable pour que puisse être offerte l’aide requise à l’aîné. En tant qu’experts de la santé mentale spécialisés dans l’évaluation psychologique et la psychothérapie, les psychologues et les neuropsychologues doivent faire partie intégrante des équipes multidisciplinaires de services de soins et de services sociaux, et ce, afin de diagnostiquer ces problèmes de santé mentale vécus par les aînés de notre société et d’élaborer un plan d’action en accord avec les besoins spécifiques des personnes âgées.

Ce dossier abordera également des enjeux liés aux troubles neurocognitifs majeurs, appelés généralement démence, qui augmentent avec l’âge et, par conséquent, aux symptômes comportementaux et psychologiques associés qui en résultent. Devant la croissance du nombre de diagnostics de ces troubles, les équipes interdisciplinaires sont interpellées. Le psychologue a un rôle particulier à jouer; il devient si spécifique qu’on parle désormais de la spécialité de la gérontopsychologie. Cette spécialité étant en évolution, il serait souhaitable que les universités déploient des programmes et des formations à ce sujet afin de stimuler l’intérêt des étudiants pour cette clientèle en grande demande.

En plus des personnes âgées avec des besoins particuliers auxquelles il faudrait accorder beaucoup plus de place au sein de notre société et de notre système de santé, il faut aussi penser aux proches aidants, souvent isolés et devant composer avec un quotidien difficile. Un texte de ce dossier s’intéressera d’ailleurs plus particulièrement à ces personnes dévouées qui prennent soin de l’être cher afin de leur éviter aussi longtemps que possible d’être pris en charge par d’autres. Les CLSC comportent des ressources pouvant apporter une aide précieuse, mais il arrive que les proches aidants attendent très longtemps avant de réaliser que l’ampleur de la tâche les dépasse et de demander de l’assistance, et cela a lieu aux dépens de leur propre santé.

Un constat s’impose : face au vieillissement de la population, les approches favorisant la préservation des facultés cognitives et les pratiques quotidiennes à adopter afin de vivre une vie longue et de qualité doivent être privilégiées. Pour ce faire, la société a le devoir d’apporter une attention particulière aux personnes âgées et de leur offrir une expertise psychologique lorsque leurs pertes sont trop difficiles à surmonter. Il importe donc plus que jamais que la société se responsabilise et que les réseaux se mobilisent afin non seulement de le reconnaître cet état de fait, mais aussi d’agir en conséquence.

***

Retrouvez tous les articles de ce dossier abordant le vieillissement et la santé psychologique dans le menu «Naviguez dans cette section» affiché sur cette page, ou rendez-vous au ordrepsy.qc.ca/psychologie-quebec

Imprimer Partager par courriel