Saut au contenu

Communication du 17 mars 2020

Pandémie du COVID-19 : inquiétudes des psychologues  

Le Gouvernement du Québec lance un appel à toute personne ayant de l'expérience ou une formation en santé ou en services sociaux, retraitée ou ayant des disponibilités, et qui souhaite apporter son aide quant à la situation liée à la propagation de la COVID-19 à remplir le formulaire sur le site Web

jecontribuecovid19.gouv.qc.ca/Inscription.aspx

Plusieurs membres de l’Ordre se posent des questions concernant leur pratique en cette période particulière d’urgence sanitaire. Ce message vise à répondre aux préoccupations exprimées, au meilleur des informations actuellement disponibles. Ce message, ainsi que les autres informations au sujet du COVID-19, sont également disponible dans le site web de l’Ordre au https://www.ordrepsy.qc.ca/-/informations-au-sujet-du-covid-19. Cette page web sera mise à jour régulièrement.

Notez que l’Ordre ne donne pas de conseils médicaux aux membres et vous recommande de consulter le site internet du Gouvernement du Québec.

Les informations ci-après sont des conseils et recommandations relatifs à la pratique professionnelle, présentés sous forme de questions-réponses.


Mesure de prévention de la contagion

Q. Est-ce l’Ordre recommande la fermeture des cliniques privées de psychologues ?

R. L’Ordre ne recommande pas pour le moment la fermeture des cliniques privées. En date du 17 mars 2020, la direction de la santé publique n'interdit pas la prestation de services professionnels en personne. L’OPQ est d’avis que l’on ne peut négliger la santé mentale et le bien-être psychologique de la population en pareille situation et nous considérons que les psychologues ont un rôle prépondérant à jouer pour atténuer les effets de la crise.


Q. Est-ce qu’il est demandé d’arrêter les opérations dans un bureau privé en raison de la COVID-19 ? Que faire si un client affirme être potentiellement contagieux ?

R. En date du 17 mars 2020, la direction de la santé publique n'interdit pas la prestation de services professionnels en personne. Toutefois, le professionnel doit prendre des mesures afin d'assurer la sécurité de sa clientèle ainsi que sa sécurité personnelle. Pour ce faire, nous recommandons :

  • De s'abstenir de voir des clients en personne si vous présentez vous-même des symptômes associés au coronavirus ou que vous êtes revenu d'un voyage à l’extérieur du Canada depuis moins de 14 jours (https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/coronavirus-2019/#c46349);
  • De s'abstenir de recevoir un client qui est revenu d’un voyage à l'extérieur du Canada depuis moins de 14 jours. Il est donc attendu que vous posiez la question à vos clients avant qu’ils se présentent à votre bureau. Des vérifications verbales sont suffisantes, il n’est pas nécessaire de procéder au moyen d’un questionnaire;
  • D’éviter tout contact physique tels qu’une poignée de main ou une accolade avec les clients comme avec toute personne;
  • D'adopter des mesures d’hygiène entre les séances clients, comme le nettoyage des poignées de porte, des chaises et les dessus de bureaux avec lesquels le client a été en contact;
  • Procéder au lavage des mains entre chaque client;
  • Si un de vos clients vient à vos bureaux et qu’il présente des symptômes, nous recommandons de lui demander de retourner chez lui.

Q. Puis-je refuser de voir un client si je sens que ma santé est mise à risque?

R. Si vous avez plus de 70 ans, ou que votre état de santé fait en sorte que voir des clients comporte un risque, il est préférable ne pas offrir de services en personne. Nous vous recommandons d'offrir des services à distance ou de référer vos patients à des collègues disponibles.


Services essentiels

Q. Les services des psychologues sont-ils considérés comme des services essentiels?

R. Les consultations en bureau privé, incluant les évaluations psychologiques et neuropsychologiques, ne sont généralement pas considérées comme des services essentiels. Toutefois, si le client présente des signes de détresse aigus, et que le psychologue n’est pas en mesure de recevoir le client, notamment s'il présente un portrait clinique suicidaire, le psychologue doit assurer la sécurité du client et le référer vers les urgences ou les centres de crise.


Dossiers professionnels

Q. Si la situation actuelle m’amène à travailler à l'extérieur de mon bureau, suis-je autorisé à transporter mes dossiers clients à mon domicile?

R. En tout temps, un psychologue peut déplacer un dossier professionnel d'un lieu physique à un autre. Il doit toutefois prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger l'information contenue au dossier afin de préserver la confidentialité.

Dans le cas de personnes travaillant pour un employeur (MSSS, commission scolaire, ou autre), le psychologue doit suivre les directives de l’employeur s'il souhaite transporter le dossier professionnel à son domicile.


Transport en commun

Q. Le fait de se rendre au travail en transport en commun comporte-t-il un risque pour ma clientèle? Si mon client utilise le transport en commun pour venir à son rendez-vous, suis-je plus à risque d’être contaminé?

R. Pour l’instant, le fait que le psychologue ou le client de déplace en transport en commun n’est pas considéré comme risqué dans la mesure où la règle d’hygiène habituelle de se laver les mains après avoir utilisé le métro ou l’autobus est appliquée de façon systématique.

https://www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/reponses-questions-coronavirus-covid19/#c46821


Pratique à distance :

Q. Est-ce que le psychologue est autorisé à offrir des services à distance à ses clients malades ou qui craignent sortir de chez eux, si oui, quels sont les moyens pour le faire?

R. Le psychologue peut en tout temps offrir des services psychologiques à distance au téléphone ou au moyen de plateforme de communication électronique. Dans le cadre d’une telle pratique, le psychologue doit appliquer les mêmes règles déontologiques qui s’appliquent à une pratique en face à face. Il revient au psychologue d’évaluer la faisabilité et l’opportunité d’une telle pratique en s’assurant que, des deux côtés, la confidentialité est adéquate.

L’Ordre recommande d’utiliser un réseau de webconférence privé payant tel que, mais sans s’y limiter, Skype Enterprise, Zoom, WebEx ou Adobe Connect. Ces réseaux nécessitent l’usage d’un mot de passe et d’un code d’accès pour vos clients. Sans l’interdire, l’Ordre ne recommande pas l’utilisation de Skype (version gratuite) ou FaceTime. L’Ordre est d’avis que les réseaux fermés ou privés payants offrent une meilleure sécurité informatique parce qu’ils sont cryptés. Il demeure toutefois que toute plateforme Web peut théoriquement être piratée. La clientèle doit donc être informée des risques inhérents au recours à ces technologies et consentir à leur utilisation de façon éclairée.

Pour en savoir davantage nous vous invitons à consulter la chronique de Psychologie Québec portant sur l’offre de services à distance datant du mois de mars 2018 de même que le Guide de pratique portant sur la télépsychologie adopté par l’Ordre en 2013.


Frais d’annulation des séances

Q. Si le psychologue estime que le motif d’annulation n’est pas lié à la COVID-19 peut-il charger des frais au client qui annule?

R. Bien que le psychologue puisse demander des frais au client s’il y a eu une entente écrite préalable avec lui, conformément à l’article 54 du Code de déontologie, nous invitons le psychologue à faire preuve de souplesse et de compréhension, étant donné le caractère exceptionnel de la situation qui prévaut actuellement.


Q.Si le client refuse les consultations à distance (téléthérapie ou télépsychologie), est-ce que les frais peuvent être facturés?

R. Le psychologue ne peut contraindre son client à recevoir des services selon cette modalité alternative. Il ne peut donc pas imposer les frais si le client refuse cette modalité.


Tiers payeurs– CNESST, IVAC, SAAQ, etc.

Q. Est-ce que je peux offrir des services à distance à des clients dont les honoraires sont payés en vertu d’entente avec la CNESST, l’IVAC et la SAAQ?

R. Pour l’Ordre des psychologues, c’est tout à fait possible. La direction de l'assistance médicale et de la réadaptation de la CNESST a d’ailleurs informé les ordres professionnels qu’elle autorise les consultations à distance (en cette période de crise COVID 19) dans la mesure où les ordres professionnels l’autorisent.

La SAAQ a également informé l'Ordre des psychologues que les services des psychologues offerts à distance seront remboursés pendant la période du COVID 19, selon les balises en vigueur pour les services en personne.

Au sujet de l’IVAC, nous vous informerons dès que l’information sera disponible.


Salaire des psychologues, compensation financière

Q. Les gouvernements tant au niveau provincial que fédéral, annoncent des mesures de soutien financier pour les travailleurs autonomes. Les psychologues font-ils partie des personnes qui pourront se prévaloir de ces programmes?

R. R. Le gouvernement du Québec a publié le 17 mars de l’information sur son Programme d’aide temporaire aux travailleurs (PATT COVID-19) (https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/aide-financiere/programme-aide-temporaire-aux-travailleurs/#c46320)L’Ordre ne dispose pas d’informations du côté du gouvernement fédéral pour le moment. Nous vous suggérons de consulter les sites internet des gouvernements respectifs pour connaître la nature de ces programmes et les règles d’éligibilité. Dès que l'information deviendra disponible, l'Ordre s’assurera de la diffuser sur son site internet, dans la section consacrée à la crise du COVID-19.


Cotisation annuelle 2020 : report de la date d’échéance au 1er juin

Q. Considérant le fait que plusieurs clients des psychologues qui œuvrent en privé annulent leurs consultations, l'Ordre va-t-il accommoder les psychologues quant au paiement de leur cotisation annuelle pour l'année 2020-2021?

R. L’Ordre reporte la date d’échéance de la cotisation annuelle au 1er juin 2020 sans pénalité.