Saut au contenu

Mesures de prévention des infections pour les cabinets de consultation privés de psychologues, en contexte de pandémie (COVID-19)

Imprimer Partager par courriel

Les psychologues qui pratiquent en cabinets de consultation privés nous posent de nombreuses questions, notamment quant au nettoyage et à la désinfection des lieux et du matériel ainsi qu’en ce qui concerne les mesures de prévention des infections à privilégier dans le contexte actuel de pandémie (COVID-19). Il apparaît effectivement essentiel de mettre en place des mesures permettant de contrôler les risques d’infection dans les cabinets de consultation privés, et ce, afin d’assurer la santé et la sécurité des psychologues ainsi que de leurs clients.

Il va sans dire que les mesures proposées doivent être adaptées aux spécificités de chacun, pour garantir que les activités puissent reprendre ou continuer dans les conditions les plus sûres et les plus saines possibles. Il faut aussi s’assurer que toutes les personnes travaillant dans un même lieu respectent les mesures et participent activement à cette démarche de prévention collective.

À ces fins, le document suivant est divisé en deux sections. D’abord, nous présentons des sources d’informations fiables (sites web) auxquelles vous pouvez vous référer concernant les mesures de prévention des infections. Dans une seconde section, vous trouverez des recommandations quant aux mesures de prévention des infections pour les cabinets de consultation privés.

Sites d’informations fiables

Les sites suivants pourront vous renseigner :

L’American Psychological Association (APA) réfère ces membres au Center for Disease Control (CDC) aux adresses suivantes :

Mesures de prévention des infections

Exclusion des personnes symptomatiques1

Les personnes présentant des symptômes peuvent transmettre la COVID-19. Ainsi, tout psychologue qui présente des symptômes, qui est atteint de la COVID-19, qui suspecte être atteint de la COVID-19 ou qui a été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 dans les 14 derniers jours ne devrait pas offrir des services en face à face. Tout psychologue pourrait refuser de recevoir en face à face un client qui présente des symptômes, qui est atteint de la COVID-19, qui suspecte être atteint de la COVID-19 ou qui a été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 dans les 14 derniers jours.

Les psychologues asymptomatiques de retour d’un voyage hors Canada ne devraient pas recevoir des clients en face à face dans les 14 jours suivant leur retour. La même règle (quarantaine de 14 jours) s’applique pour les clients.

Prise de rendez-vous

En tout temps, un triage téléphonique est fortement recommandé afin d’évaluer si le rendez-vous peut se faire en télépratique, car l’utilisation de la télépratique est à privilégier, lorsque cette modalité est accessible et souhaitée par le client et par le psychologue.

Si le rendez-vous en face à face est maintenu, évaluer la présence, chez le client, de facteurs de risque ou de symptômes d’infections respiratoires ou d’autres symptômes associés à la COVID-19.

Distanciation physique

Lorsque la visite en face à face est la modalité choisie, une distance minimale de deux mètres entre les personnes doit être gardée en tout temps. Cette distance doit également être maintenue dans la salle d’attente. Les poignées de main et les accolades doivent être évitées.

Lorsque l’intervention psychologique ne permet pas de respecter la distance minimale de deux mètres, comme ce peut être parfois le cas, notamment pour les évaluations neuropsychologiques ou les psychothérapies d’enfants, les mesures suivantes sont suggérées :

  • installer des barrières physiques (cloison pleine transparente);
  • utiliser un masque et des gants, le plus souvent possible;
  • éviter de se toucher le visage;
  • se laver les mains fréquemment;
  • pratiquer l’étiquette respiratoire.

Lavage des mains2

Se laver souvent les mains avec de l’eau tiède et du savon ou avec une solution hydroalcoolique à 60 % pendant au moins 20 secondes limite les risques de transmission dans le milieu de travail, surtout : avant de se toucher le visage (yeux, nez, bouche); après avoir toussé, éternué ou s’être mouché; avant et après avoir mangé; après avoir manipulé quelque chose de fréquemment touché.

Étiquette respiratoire3

Respecter l’étiquette respiratoire consiste à : se couvrir la bouche et le nez lorsque l’on tousse ou éternue, et à utiliser des mouchoirs ou son coude replié; utiliser des mouchoirs à usage unique; jeter immédiatement les mouchoirs utilisés à la poubelle; se laver les mains fréquemment; ne pas se toucher la bouche ou les yeux avec les mains, qu’elles soient gantées ou non.

Mesures de prévention dans la salle d’attente4

  • Retirer les objets non essentiels (revues, journaux et bibelots) des aires communes (notamment, salle d’attente et toilette).
  • Concernant les documents règlementaires qui doivent être mis à la disposition des clients dans la salle d’attente, pour le temps de la pandémie, il est possible de fournir le lien internet aux clients plutôt que rendre les documents physiquement disponibles.
  • Favoriser le port du masque pour tous, en tout temps, dans la salle d’attente.
  • Restreindre au strict minimum le nombre de personnes présentes en même temps dans la salle d’attente.
  • Limiter le temps d’attente de chacun.
  • Maintenir une distance de deux mètres entre les personnes (distanciation physique).

Nettoyage et désinfection des outils de travail, des surfaces et des lieux5

Contexte

  • Le nettoyage permet l'élimination de la saleté et des souillures, mais il ne tue pas les microorganismes.
  • La désinfection permet de tuer les microorganismes restants sur une surface après le nettoyage, grâce à l’utilisation de produits approuvés.
  • Le virus responsable de la COVID-19 peut survivre de quelques heures à plusieurs jours sur différentes surfaces, mais il est facilement éliminé par la plupart des produits qui combinent des propriétés de nettoyage et de désinfection.
  • Les surfaces fréquemment touchées sont plus susceptibles d’être contaminées, par exemple : poignées de porte, chaises, tables, interrupteurs de lumière, robinets, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier, toilettes, comptoirs, téléphones, accessoires informatiques, etc.

Produits

  • Le virus responsable de la COVID-19 est facilement éliminé par la plupart des produits désinfectants réguliers.
  • Désinfecter avec un produit approuvé pour un usage hospitalier, reconnu efficace (virucide pour le coronavirus) et homologué (numéro d’identification d’une drogue (DIN)) par Santé Canada (produit habituel ou solution chlorée). Voir le site du gouvernement du Canada
  • Pour une solution désinfectante à base d’eau de Javel, mélanger 10 ml d’eau de Javel à 5.25 % avec 990 ml d’eau (solution de 500ppm). La solution doit être changée à toutes les 24 heures.
  • Toujours suivre les instructions du fabricant pour l’utilisation des produits.
  • Ne pas mélanger différents produits.
  • Porter des gants jetables lors du nettoyage et de la désinfection.

Principes à retenir

  • Commencer le nettoyage dans les zones les plus propres et terminer par les zones plus souillées.
  • Nettoyer les surfaces avec de l'eau et du savon pour éliminer les souillures avant de désinfecter avec la solution d’eau de Javel ou un autre produit désinfectant. Si on utilise un produit qui combine une solution nettoyante et désinfectante, on peut utiliser ce produit pour enlever les souillures et réutiliser ce même produit pour la désinfection (deux étapes avec le même produit).
  • Si les surfaces sont déjà propres, appliquer immédiatement le désinfectant.
  • S’assurer que le temps de contact avec la surface à désinfecter est respecté selon ce qui est recommandé par le fabricant.

Désinfection des équipements (objets, crayons, matériel de test, etc.)

  • Il est préférable d’éviter le partage d’objets entre le psychologue et le client. Lorsque le partage d’objet est inévitable, il est recommandé de désinfecter les objets le plus souvent possible et de se laver les mains fréquemment.
  • Entre chacun des clients, désinfecter tous les équipements touchés par le client ou par le psychologue avec une lingette, un essuie-tout ou un linge de nettoyage imbibé de solution désinfectante.

Désinfection des surfaces entre chacun des clients

  • Désinfecter toute surface touchée par le client ou par le psychologue entre chaque client avec une lingette, un essuie-tout ou un linge de nettoyage imbibé de solution désinfectante.

Nettoyage et désinfection à la fin de chaque journée

  • Procéder à l’hygiène des mains.
  • Mettre des gants.
  • Enlever les sacs à déchets des poubelles.
  • Désinfecter les surfaces fréquemment touchées, à une fréquence déterminée selon l’achalandage du cabinet, (par exemple : chaque heure ou chaque deux heures ou deux fois par jour), minimalement une fois par jour pour les endroits très peu achalandés.
  • Désinfecter les surfaces accessibles et les surfaces fréquemment touchées :
    • bureau, clavier d’ordinateur, souris, lampe, téléphone, écrans tactiles et autres matériels informatiques ou audiovisuels présents;
    • comptoirs, bordures de fenêtres;
    • chaises, tables et tout autre mobilier en contact avec la clientèle
    • poignées de porte, interrupteurs, thermostats, etc.
  • Procéder au nettoyage et à la désinfection des toilettes.
  • Procéder au nettoyage et à la désinfection des planchers.
  • Jeter les linges si à usage unique. Pour les linges réutilisables, les mettre dans un sac et les laver selon les procédures habituelles.

Obligations légales des employeurs et employés6

Cette section s’adresse aux psychologues qui sont patron ou employé dans un cabinet de consultation privé. Les obligations légales en santé et sécurité du travail, autant pour les employeurs que pour les travailleurs et travailleuses, doivent être appliquées dans le contexte de la COVID-19.

L’employeur a l’obligation de protéger la santé et d’assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) exige que l’employeur prenne toutes les mesures nécessaires pour y parvenir (article 51). Pour ce faire, il doit, entre autres, mettre en œuvre des méthodes d’identification, de correction et de contrôle des risques. Dans le contexte de la COVID-19, l’employeur doit s’assurer que les mesures de prévention habituellement mises en œuvre sont toujours adaptées. Sinon, il doit les modifier pour protéger les travailleuses et les travailleurs contre les risques de contamination. L’employeur doit également les informer sur les risques liés à leur travail, y compris ceux liés à la COVID-19. Il doit également leur assurer la formation, la supervision et l’entraînement appropriés afin que tous aient l’habileté et les connaissances requises pour accomplir de façon sécuritaire le travail qui leur est confié.

Chaque travailleuse ou travailleur a l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique, et de veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail (article 49 de la LSST). Pour ce faire, il doit respecter les règles et les mesures mises en application dans le contexte de la COVID-19, au même titre que les autres règles appliquées dans le milieu de travail. La travailleuse ou le travailleur doit aussi participer à l’identification et à l’élimination des risques. S’il voit des risques ou s’il a des suggestions à cet égard, il doit en faire part au comité de santé et de sécurité (s’il y en a un), à son supérieur ou à un représentant de l’employeur.

Conclusion

Nous espérons que la mise en place des mesures de prévention ainsi qu’une bonne communication de l’information permettront de répondre aux préoccupations de chacun et de rassurer les psychologues et leurs clients.

Veuillez également prendre note que les informations recensées dans ce document ont été tirées des informations, consignes et directives qui étaient en vigueur en date du 13 mai 2020. Les recommandations en matière de santé publique pourraient toutefois évoluer, et c'est pourquoi l'Ordre vous invite à consulter régulièrement les sites Web des autorités publiques.

---

Références

1. Cette section est adaptée de la référence suivante : https://www.cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/covid-19/Documents/DC100-2146-Guide-Prevention-Covid19.pdf

2. Cette section est adaptée de la référence suivante https://www.inspq.qc.ca/publications/2907-pci-cliniques-covid19

3. Cette section est adaptée de la référence suivante https://www.inspq.qc.ca/publications/2907-pci-cliniques-covid19

4. Cette section est adaptée de la référence suivante https://www.inspq.qc.ca/publications/2907-pci-cliniques-covid19

5. Cette section est adaptée de la référence suivante https://www.inspq.qc.ca/publications/2907-pci-cliniques-covid19

6. Cette section est adaptée de la référence suivante: https://www.cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/covid-19/Documents/DC100-2146-Guide-Prevention-Covid19.pdf

Imprimer Partager par courriel