Agrégateur de contenus

Juin 2022 : la fin du quinquennat de formation continue

Dre Isabelle Marleau, psychologue | Directrice de la qualité et du développement de la pratique 

 

 

Imprimer Partager par courriel
mars 2022

En vertu du Règlement sur le permis de psychothérapeute de l’Office des professions, les psychologues, les médecins et les titulaires du permis de psychothérapeute qui pratiquent la psychothérapie ont l’obligation de réaliser 90 heures de formation continue par période de cinq ans.

Le deuxième quinquennat, qui s’étale de juin 2017 à juin 2022, touche à sa fin. Conséquemment, les psychologues qui exercent la psychothérapie doivent remplir leurs portfolios de formation continue avant le 21 juin 2022 afin de ne pas se trouver en défaut.

Dans le but de faciliter ce processus, cette chronique présente d’abord les principaux changements apportés à la résolution de formation continue durant ce quinquennat, puis les réponses aux questions les plus fréquemment adressées au service de la formation continue. Finalement, nous rappelons qu’un plan de développement professionnel permet de sous-tendre avec cohérence le parcours de formation continue.

Quels changements sont survenus durant le deuxième quinquennat ?
Afin d’ajuster les politiques aux besoins des psychologues, des changements ont été entérinés par le conseil d’administration (CA) de l’Ordre dans les dernières années. Premièrement, les heures de consultation formelle sont maintenant acceptées dans la catégorie « consultation / supervision reçue ».

À cet effet, la « compétence consultation » est définie comme suit :

« La consultation est un processus au cours duquel le psychologue est invité à émettre des opinions et des avis tout en ne détenant pas un contrôle direct sur la démarche de changement elle-même. La consultation est une interaction habituellement planifiée à l’avance entre le psychologue (consultant) et un ou plusieurs collègues, clients ou membres d’un système (famille, organisation, collectivité) en rapport avec un programme spécifique ou une problématique donnée1. »

La consultation se distingue donc de la supervision notamment parce qu’elle repose sur l’établissement d’une relation égalitaire, et ce, malgré le fait que le consultant soit plus expérimenté ou dispose d’une expertise particulière. De plus, le consultant n’a pas à  évaluer la personne qui le consulte, au sens où ce qu’on attend de lui ne nécessite pas qu’il pose un jugement sur la compétence de la personne qui le consulte ou sur la qualité de sa pratique, contrairement à la supervision. Pour plus d’information sur la consultation et la supervision, consulter le document La supervision : balises de pratique, réflexions éthiques et encadrement réglementaire2.

Un deuxième changement est la possibilité de transférer les heures excédentaires au cycle suivant, soit celui qui se déroulera entre juin 2022 et juin 2027. En effet, les psychologues ayant achevé plus de 90 heures dans le cycle 2017-2022 sont invités à inscrire dans leur portail toutes les heures réellement effectuées. À la fin du cycle, soit en juin 2022, jusqu’à 18 heures excédentaires pourront être transférées au cycle subséquent. Les psychologues n’ont pas à aviser l’Ordre qu’ils souhaitent que les heures réalisées soient transférées ; le transfert s’effectuera automatiquement dans leurs portails au courant de l’automne 2022.

Qu’est-ce que le catalogue ? Quels sont les critères pour qu’une formation soit reconnue et placée au catalogue ?
Les activités de formation continue peuvent faire l’objet d’une reconnaissance3 par l’Ordre. La reconnaissance est attribuée lorsque l’activité satisfait aux critères établis par le CA. Une fois reconnue, l’activité est inscrite au catalogue de formation continue de l’Ordre disponible sur le Web.

Les activités admissibles sont des cours, des séminaires, des ateliers, des programmes, des colloques, des conférences ou des congrès. Ils peuvent être présentés en salle ou par des moyens électroniques. Le catalogue contient présentement plus de 480 activités. Depuis 2012, un total de plus de 3 000 activités y ont été inscrites. À ce jour,  plus de 8 000 inscriptions à des activités du catalogue ont été enregistrées.

Le processus de reconnaissance va comme suit. La demande doit être présentée dans un délai d’au moins 90 jours précédant la tenue de l’activité et elle doit contenir (1) une description de l’activité de formation permettant d’établir la reconnaissance scientifique et (2) le CV du formateur, grâce auquel sera établie la reconnaissance professionnelle. Lorsque l’activité remplit les critères, elle est reconnue par le personnel du service de la formation continue. Dans l’éventualité où une activité ne remplit pas l’ensemble des critères, on se réfère au comité prévu à cette fin, soit le comité de reconnaissance des activités de formation continue en psychothérapie. Ce comité a pour mandat d’accorder ou non la reconnaissance de l’activité lorsque la demande ne satisfait pas d’emblée aux critères.

Quelles activités de formation continue puis-je déclarer?
Les activités de formation continue peuvent être choisies parmi les catégories suivantes :


Les critères suivants sont utilisés aux fins de la reconnaissance :

  • L’activité porte sur un des sujets suivants :
    • les processus et méthodes d’évaluation ;
    • les processus et méthodes d’intervention ;
    • les traitements reconnus scientifiquement visant des problématiques ou des troubles mentaux spécifiques ;
    • les techniques reconnues scientifiquement pour l’exercice de la psychothérapie ;
    • les facteurs communs (la suggestion, les attitudes du psychothérapeute, le cadre et les attentes du client, la qualité relationnelle et les habiletés de communication) ; 
    • les outils critiques (les méthodes scientifiques telles la recherche quantitative, les statistiques ainsi que la recherche qualitative dont les modèles épistémologiques, entre autres, l’herméneutique et la phénoménologie) ;
    • le développement humain et ses problématiques, notamment sur le plan culturel, la classification des troubles mentaux et la psychopathologie ;
    • le lien entre la biologie et la psychothérapie incluant la psychopharmacologie et les neurosciences ;
    • les aspects légaux et organisationnels de la pratique de la psychothérapie ;
    • l’éthique et la déontologie ;
    • la supervision ;
  • Des objectifs d’apprentissage sont observables ;
  • La probité du formateur est assurée de même que sa compétence et ses qualifications, ces deux dernières devant être liées au contenu enseigné ; 
  • Le contenu de l’activité est reconnu sur les plans professionnel et scientifique ;
  • La méthode pédagogique est appropriée ; 
  • Le matériel fourni, le cas échéant, est de qualité ;
  • Une attestation de participation ou de réussite est délivrée par le dispensateur de l’activité.

Soulignons que le psychologue qui s’inscrit à une formation demeure responsable de s’assurer que celle-ci est reconnue par l’Ordre. 

À qui sont destinées les formations du catalogue ?
Les formations sont destinées aux psychologues, aux médecins et aux titulaires du permis de psychothérapeute. Bien que la participation de divers professionnels à une même activité puisse favoriser les échanges interdisciplinaires, certaines formations sont destinées uniquement aux psychologues en raison de la nature du contenu.

Qui offre les formations du catalogue ?
Les personnes qui offrent les activités de formation proviennent de divers domaines ; ce sont des professionnels qui œuvrent pour des organismes, des établissements d’enseignement ou des institutions spécialisées. On dénombre des psychologues, des médecins, des psychoéducateurs, des travailleurs sociaux, des sexologues, des infirmières, des conseillers d’orientation, des criminologues, des ergothérapeutes et d’autres professionnels. Si la majorité des formateurs sont québécois, plusieurs sont originaires de l’extérieur de la 
province ou du pays. 

Pourquoi l’Ordre développe-t-il des formations ?
Bien que l’Ordre n’ait pas pour mission première de développer des activités de formation continue et que la majorité des activités de formation au catalogue soient offertes par des organisateurs externes, l’Ordre développe des activités de formation dans les contextes suivants : 

  • Pour les contenus directement liés à la déontologie ;
  • Dans le cadre du congrès annuel de l’Ordre et des Rendez-vous de la formation ;
  • Lorsqu’un besoin spécifique survient et qu’il n’y a aucune offre de formation sur le marché pouvant y répondre. Un exemple est ici la formation intitulée Évaluer les troubles mentaux : une mise à jour pour les psychologues, qui répond aux besoins de formation générés par le Programme québécois pour les troubles mentaux : des autosoins à la psychothérapie (PQPTM).

Les formations du catalogue sont-elles représentatives des secteurs de pratique ?
Les activités disponibles couvrent le spectre des 11 thèmes prescrits à la résolution, sujets dont la liste apparaît ci-dessus. En ce qui a trait aux méthodes d’intervention, les quatre grands modèles de la psychothérapie sont représentés, soit l’approche cognitivo-comportementale, l’approche humaniste, l’approche psychodynamique ainsi que l’approche systémique et les théories de la communication. Cette représentativité des divers modèles dans l’offre de formation reflète bien la richesse et la diversité des interventions auxquelles les psychologues ont recours pour répondre adéquatement aux besoins de la population. 

Les formations du catalogue sont-elles accessibles ?
En ce qui concerne l’accessibilité, les activités de formation ont été offertes, avant la pandémie, dans plusieurs villes à travers le Québec (notamment Montréal, Laval, Sherbrooke, Alma, Trois-Rivières et Rouyn-Noranda). Cette multiplicité de lieux a permis de rejoindre des professionnels situés tant dans les centres urbains qu’en région. De plus, de nombreuses activités sont maintenant disponibles en ligne ou en webinaire, ce qui favorise leur diffusion, tant pour les professionnels œuvrant en région que pour ceux à mobilité réduite.

Sur quel règlement ou loi est fondée l’obligation de formation continue ?
L’obligation de formation continue est balisée par le Règlement sur le permis de psychothérapeute4 de l’Office des professions du Québec. La Résolution de l’Ordre des psychologues du Québec sur les modalités relatives à la formation continue en psychothérapie5 précise les conditions de la mise en œuvre de cette obligation.

Quels autres professionnels sont soumis à l’obligation de formation continue ? De quels ordres professionnels sont membres les psychothérapeutes ?
Outre les membres du Collège des médecins du Québec et ceux de l’OPQ, les titulaires du permis de psychothérapeute peuvent être membres d’un des ordres suivants :

  • Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ) ;
  • Ordre professionnel des criminologues du Québec (OPCQ) ;
  • Ordre des ergothérapeutes du Québec (OEQ) ;
  • Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) ;
  • Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OPPQ) ;
  • Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ) ;
  • Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ).

Notons qu’il existe aussi 260 personnes qui sont titulaires du permis de psychothérapeute qui n’étaient pas admissibles à un ordre professionnel en 2012, mais qui ont alors satisfait aux exigences des dispositions transitoires (« clause grand-père »). Il n’est plus possible de demander un permis de psychothérapeute sans faire partie d’un des sept ordres professionnels mentionnés ci-dessus.

Combien de psychothérapeutes y a-t-il dans chacun des ordres ? Quelle proportion de psychologues exercent la psychothérapie ?
Le tableau ci-bas illustre le nombre de personnes exerçant la psychothérapie. On remarque qu’une large majorité de psychologues exercent la psychothérapie.

Pourquoi un plan de développement professionnel ?
Le plan de développement professionnel (PDP) représente le résultat formalisé d’un processus réflexif centré sur l’autoévaluation de la pratique clinique et le développement de la compétence. Ainsi, le PDP sous-tend le choix des activités de formation continue. 

L’Ordre met à la disposition de ses membres, dans leur portail sécurisé, un outil permettant de soutenir ou de guider ce processus réflexif et de créer un PDP. L’utilisation de cet outil est facultative et demeure à la discrétion du psychologue. Dans cet outil, le psychologue est invité à réaliser un bilan de sa situation en précisant ses attentes et à évaluer sa pratique en situant ses forces, les aspects qu’il souhaiterait améliorer ainsi que les enjeux qui peuvent favoriser ou entraver la mise en œuvre du PDP. Le bilan achevé, des objectifs signifiants sont formulés de même que les activités susceptibles de permettre de les atteindre et le moment où elles seront réalisées. L’outil prend toute sa valeur lorsque le psychologue intègre les observations découlant de son processus réflexif et qui font référence à sa pratique. 

Certains psychologues peuvent, de prime abord, avoir de la difficulté à élaborer leur PDP, en raison de l’effort de rendre explicite ce qui est implicite ou automatique et de s’interroger sur ce qui peut sembler une évidence. Or, comme la pensée réflexive est un processus, il est utile de rendre explicite le choix des activités de formation, en clarifiant les motifs qui sous-tendent les choix faits de manière intuitive sur la base des intérêts ou de l’opportunité7

Conclusion
La fin du deuxième quinquennat de la formation continue obligatoire en psychothérapie approche à grands pas (21 juin 2022). Tous les psychologues sont donc invités à s’assurer que leur portail de formation continue est à jour, particulièrement ceux qui pratiquent la psychothérapie, et ce, afin d’éviter de se placer en défaut d’exercice.

Pour toute question technique ou difficulté à remplir votre portail, vous pouvez communiquer avec nous à l’adresse suivante : formationcontinue@ordrepsy.qc.ca.


Notes
1 Ordre des psychologues du Québec (OPQ). (2016). Manuel d’évaluation des programmes de doctorat. OPQ.
2 OPQ. (2019, 25 octobre). La supervision : balises de pratique, réflexions éthiques et encadrement réglementaire. OPQ. https://www.ordrepsy.qc.ca/documents/26707/135241/La+supervision+Balises+de+pratiques,+reflexions+ethiques+et+encadrement+reglementaire/04578ade-f5f1-4901-a982-7ab85e12835e
3 Le terme reconnaissance est utilisé au sens d’« agrément » ou « accréditation ».
4 Source : http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/document/rc/C-26,%20r.%20 222.1%20/
5 Source : ht tps: //www.ordrepsy.qc.ca/c/document _librar y/get _ file?uuid=e70453e2-ceca-47fe-9481-0555cff7bda5&groupId=26707
6 Ces chiffres n’incluent pas les médecins qui pratiquent la psychothérapie, mais uniquement les titulaires du permis de psychothérapeute membres des sept ordres suivants : OCCOQ, OPCQ, OEQ, OIIQ, OPPQ, OTSTCFQ, OPSQ.
7 Pour plus d’information sur le PDP, nous vous invitons à consulter la chronique rédigée par le Dr Yves Martineau, psychologue et conseiller à la formation continue, que vous trouverez à l’adresse suivante : www.ordrepsy.qc.ca/-/ plan-developpement-professionnel.

Imprimer Partager par courriel