Saut au contenu
  MENU
Retour

Célébrer le rôle du psychologue, pilier de la santé mentale

Célébrer le rôle du psychologue, pilier de la santé mentale

Dre Christine Grou, psychologue | Présidente de l’Ordre des psychologues du Québec

Imprimer Partager par courriel
déc. 2018

Du 11 au 13 octobre dernier, j’ai eu le plaisir de vous accueillir au 25e congrès de l’Ordre des psychologues au Centre des congrès de Québec. Cette année, notre thème portait sur le psychologue en tant que « pilier de la santé mentale », un statut dont je vous encourage à vous montrer fiers. Comptant plus de 1 000 participants, le congrès de l’Ordre est le plus grand événement de formation continue en psychologie au Québec. Je vous remercie d’avoir participé en si grand nombre à cet événement riche en enseignements et en émotions de toutes sortes. Je dois vous avouer que cette édition 2018 restera gravée dans mon cœur comme l’une des manifestations professionnelles les plus chaleureuses que j’ai vécues au cours de ma carrière.

Dans ma conférence d’ouverture, je vous ai invités à prendre un temps d’arrêt. Il est vrai que nous vivons tous des difficultés au quotidien. J’ai eu envie de vous rappeler pourquoi vous exercez cette profession. Je vous ai encouragés à prendre un peu de recul et à célébrer notre profession qui, soutenue par une science en constante évolution, existe d’abord et avant tout pour aider les gens.

Pourquoi cette invitation à célébrer? Tout d’abord, parce que la population apprécie et demande des services psychologiques. Si cette reconnaissance peut sembler une évidence pour les plus jeunes, elle rappellera aux plus âgés à quel point la perception de la psychologie et du psychologue a évolué grâce aux avancées prodigieuses dans la compréhension du fonctionnement du cerveau depuis 50 ans. La psychologie, cette science toujours en effervescence, a fait des percées remarquables qui lui confèrent aujourd’hui une solide crédibilité. Pensons, notamment, aux recherches de Alexandre Luria, Michael Gazzaniga, Brenda Milner, Donald Stuss, Donald Hebb, Louis Cozolino, Peter Fonagy, Paul Ekman, Marsha Linehan, Jeffrey Young, Elizabeth Loftus, Martin Seligman, et j’en passe!

Et désormais, il y a encore plus important pour la population que nous desservons. Il y a l’efficacité de la psychothérapie reconnue hors de tout doute. Il y a la reconnaissance d’activités réservées telle l’évaluation des troubles mentaux ou neuropsychologiques. Il y a la compréhension des aspects psychologiques dans la douleur chronique. Il y a, au-delà de l’interdisciplinarité, l’interconceptualité qui, par la richesse de nos cadres conceptuels, nous mène vers des approches intégratives pour le plus grand bien du plus grand nombre de personnes. Il y a aussi que ces avancées scientifiques ont entraîné un revirement majeur dans la façon dont la profession est perçue par le public. Dans la même foulée, la représentation du psychologue dans l’imaginaire collectif a changé. Dans les films et les séries télévisées, on le constate tous les jours, la caricature s’est graduellement effacée pour céder la place au professionnel crédible tel que le fameux Monsieur P. interprété par Gabriel Arcand dans la série Au secours de Béatrice. Et que dire de la présence des psychologues dans les médias? Que ce soit pour commenter les politiques du gouvernement en réussite scolaire ou pour analyser une situation de crise, plus que jamais, les journalistes font appel aux lumières du psychologue. Je vous l’avoue, jamais je n’aurais imaginé une chose pareille quand j’ai amorcé ma carrière. Les médias sollicitent les psychologues parce qu’ils jugent le savoir de nos professionnels indispensable à la compréhension de nombreux événements, phénomènes humains ou enjeux de société.

Je vous l’accorde, tout n’est pas toujours rose dans l’exercice de notre profession. Sachez bien que je suis consciente des défis que vous surmontez et des difficultés que vous vivez. Je connais les lourdeurs du système actuel. Le public réclame nos services et je rêve au jour où le psychologue sera accessible à tous, sans attente et sans égard au revenu. Cela fait partie des enjeux importants auxquels je veux m’attaquer, des enjeux au rang desquels j’ajoute bien sûr la qualité des services psychologiques, la compréhension commune et la durée des études, pour ne nommer que ceux-là. Comme psychologue, notre défi est de conserver une identité professionnelle forte malgré la diversité de nos champs de pratique. Rappelons-nous que nous formons une grande communauté et que nos compétences s’exercent autour du même tronc commun, celui de la cognition des relations humaines, des émotions et des comportements. À mes collègues du réseau public, j’ai tenu à souligner qu’au-delà des enjeux d’autonomie et de reconnaissance, je sais à quel point la mesure du rendement et de la performance pèse sur votre travail. Je sais aussi combien cette mesure exclusivement temporelle et quantitative ne peut refléter la qualité de votre pratique.

Comment rester engagé et ne pas baisser les bras? Revisitons les raisons pour lesquelles nous avons choisi cette profession. Revenons à l’essentiel. Dans nos dossiers, il y a tout ce qui compte et qui nous a parfois formés ou transformés : chagrins, colères, complicité, confidences et secrets de famille, pertes, deuils, épaules dénouées, maux de dos soulagés, retour à la santé ou encore à un bien-être engendré par un sentiment de liberté. Chaque histoire forme aussi notre histoire professionnelle. Ajoutées aux cartes de Noël, aux gâteaux offerts en guise de remerciements, aux lettres personnelles, ces notes nous rappellent pourquoi nous avons choisi cette profession et à quel point nous comptons pour tous ces gens qui nous ont fait confiance, tout comme ils comptent pour nous.

Je le reconnais volontiers : nous n’exerçons pas la profession la plus lucrative, mais elle est certainement l’une des plus essentielles. Nous n’y retrouvons pas le discours le plus esthétique, mais il est le plus authentique. Nous n’avons pas non plus le travail le plus reconnu, mais il est sans conteste l’un des plus intimes. Ce sont là quelques-uns des déterminants qui nous rappellent que nous sommes des piliers de la santé mentale au Québec.

Imprimer Partager par courriel